AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 C'est le mien à moi

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeDim 19 Avr - 13:40

    Debout dans la chambre du premier étage se trouvaient William et Karly, couple heureux qui ne cessaient pourtant de se chamailler.

    William - « Chi… Fou … Mi ! »

    William déplia ses deux doigt pour former un ciseau tandis que Karly avant replia sa main en un poing pour symboliser une pierre. Elle afficha un large sourire jubilatoire et ravie tandis que le jeune père de famille semblait tirait la tronche, blazer.

    William - « Rho putain c’est pas possible d’avoir une chance pareille ! Tu triche c’est ça ?! Bon okays cette fois tu gagne mais la prochaine fois c’est toi qui t’y colle. »

    Il déposa un simple baiser sur les lèvres de sa femme et poussa un soupir. Sortant de la chambre, il descendit alors les escaliers résolut à accomplir son devoir. Chez les Slayers nouvelle génération c’était toujours ainsi, les corvées et les responsabilité le couple se les passaient à tour de rôle et bien souvent en fonction de qui gagner ou non aux jeux. Pourquoi ? Tout simplement parce que William et Karly devaient être autant immature l’un que l’autre. Quoique non si lui aviez poser la question William aurait sans doute répondu qu’elle l’était plus que lui. Seulement ayant perdu, bien qu’il aurait pratiquement pût juré qu’elle avait triché, il devait se résoudre a endosser le rôle de « méchant » pour la journée. C’était donc à lui que revenait la lourde tache de récupéré le doudou de Grace. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’adorable peluche ne ressemblait plus à rien a force de trainer dans la poussière et qu’il fallait bien finir par le laver un jour. Sauf que l’adorable demoiselle avec son air espiègle qui n’était autre que la fille de William et a l’imagination débordante, n’allait peut-être pas comprendre qu’un doudou…. ça se lave ! Arrivant dans le salon, un sourire heureux, il chercha sa fille des yeux. Où pouvait-elle encore bien être ? …

Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeMar 21 Avr - 22:20



    feat. Grace Slayers

    Où pouvait-elle bien être? En voilà une drôle de question. Grace était en train de jouer sagement dans sa chambre, sans un bruit, adorable et tout et tout. Je sens que vous ne me croyez pas? Pourtant c'était la stricte vérité. La petite fille aux cheveux châtains était assise à l'indienne sur le tapis de sa chambre, très concentrée sur les derniers ajustements de sa cabane. En effet construire une cabane dans sa chambre n'avait pas été chose facile, d'autant qu'elle n'avait pas encore de baguette à cet âge là. Elle faisait tout avec ses petites mains et elle était très fière d'elle même d'ailleurs, elle se débrouillait comme un chef. Il lui avait fallut du temps pour arriver à construire ce mini-château dans sa chambre. D'abord elle avait du défaire les draps de son lit mais comme c'était un petit lit ça n'avait pas suffit et donc il avait fallu aller chercher les draps de papa et maman dans la machine à laver sans se faire voir (simple précaution, c'est bien connu les parents ne comprennent jamais rien). Puis aussi la chaise de bureau de papa et les punaises. Elle avait pris des punaises plutôt que des clous parce que les punaises ça ne faisaient pas de trou (ou presque).

    Et là elle se trouvait debout près de la porte de sa petite chambre que papa avait décoré avec du papier peint rose uni au début mais après que Grace à énormément insisté elle avait eu droit de changer pour du papier peint à rayures beiges, grises...et roses. Quand on vous dit que les parents ne comprennent jamais rien. Mais bon il était déjà beaucoup plus joli que le premier papier peint et avec tout ça sa cabane était vraiment géniale. Mais il manquait peut-être quelque chose. Un arbre! Grace savait déjà avec quoi elle allait faire un arbre: avec le porte manteau de la buanderie. Avec son cousin Liam, ils prenaient toujours le porte manteau de chez tante Lara pour faire un arbre quand ils jouaient, aussi cela paru une bonne idée à Grace. Elle prit Monsieur Grignote par l'oreille et sorti de sa chambre incognito, refermant soigneusement la porte derrière elle. Monsieur Grignote c'était le lapin en peluche que tante Nymph' lui avait offert à la naissance et que maman avait enchanté pour qu'il la protège puisque c'était la chose dont Grace ne se séparait jamais, jamais: JAMAIS! C'est pour dire, elle l'emmenait à l'école, pour aller se coucher, chez papi Thomas et mami Ariane, chez papi Peter, aux mariages, aux goûters d'anniversaire, chez Azur, au zoo, à table, pour jouer dehors dans le jardin, dans les magasins, dans le lit de papa et maman, à la douche, à la piscine, et même aux toilettes, sur le dos de Gribouille, dans la niche de Patch, le chien d'oncle Saw, et aussi dans l'arbre où elle n'avait pas le droit de monter. Bref Monsieur Grignotte ne la quittait jamais, il aurait fallu lui passer sur le corps pour le lui prendre. Une fois bestiole avait essayé de le bouffer (si si je vous jure). Bestiole c'était le boursoufflet de maman. Enfin en vrai il n'avait pas de nom mais comme papa l'appelait Bestiole ben Grace aussi. Depuis ce jour Grace en avait toujours voulu à Bestiole même après que maman lui a expliqué qu'il n'avait pas voulu manger Monsieur Grignotte parce que les boursoufflets ne mangeaient pas les peluches. Enfin bon ce n'était pas la question...

    Grace se faufila donc dans le couloir, regardant à droite à gauche comme le font les agents secrets. Sa mission était super importante il ne fallait surtout pas: AIEUUH! Et voilà elle veniat de se cogner dans papa. Grand sourire angélique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeMar 21 Avr - 23:18

    Des fois quand vous chercher quelque chose c’est le quelque chose qui vous trouve et ce fût le cas avec Grace puisqu’elle lui rentra littéralement dedans. William baissa ses yeux vers elle. Regarder là avec sa petite bouille adorable et son petit air d’ange. N’était-elle pas grandiose ? Moais. Elle avait encore fait une connerie ! William la regarda avec suspicion, se demandant se qu’elle avait encore fait. Mais au fond de lui il se laissait attendrir et puis il désirait quelque chose de sa part alors ce n’était pas le moment de lui faire des reproches. Surtout qu’il n’était même pas encore au courant de se qu’elle avait fait donc… Autant ce sourire était seulement parce qu’elle était ravis d’le voir. Après tout il était son papounet d’amour et elle sa petite princesse.

    Enfin bref son regard se posa sur Monsieur Grignotte qui était…dégoutant ! Le pauvre petit lapin était dans un états lamentable et ressemblait plus a un immondice qu’à une peluche. De plus il empestait à des kilomètre et William ne comprenait pas comment Grace faisait pour supporter l’odeur. Voilà pourquoi il fallait a tout prix qu’il le récupère pour le laver. Il s’accroupit alors pour être a sa hauteur et lui adressa un sourire et prit cette voix poser, calme et pleine de pédagogie qu’il adopter lorsqu’il voulait obtenir quelque chose de sa fille. Comment obtenir le doudou de Grace ? Explications en trois étape.

    William – « Alors Grace dit moi comment va Monsieur Grignotte ce matin ? Il a bien dormi ?

    Etape numéro 1 : l’approche ! Le but de cette étape est de s’intéressé au doudou et d’établir un dialogue entre l’enfant et l’adulte afin de montré a l’enfant que son parent s’intéresse a ses liens affectif et imaginaire . Il est bien sûr essentielle que l’adulte agisse comme si le doudou était réel et doué d’une quelconque intelligence pour que l’enfant puisse se sentir compris et puisse exprimer librement son besoin d’inventer, de crée, et d’avoir constamment une présence avec lui.

    William – « Oh il a mauvaise mine. Il a l’air malade… Il a manger ce matin ? »
    demanda-t-il inquièt.

    Etape numéro 2 : Le doute. Cette étape consiste a se servir du lien affectif de l’enfant à sa peluche et du fait que le parent le considère comme quelque chose de réel pour obtenir ce qu’on désire. On exprime de l’inquiétude pour la peluche afin de crée le doute et l’enfant qui aime profondément son doudou commence lui aussi a se soucier de l’états de santé de son doudou a cause des parole de son parent en qui il a confiance .

    William – « Donne moi le je vais le conduire au docteur . Je crois que c’est plus prudent »
    fit-il toujours douceur, prévoyant et rassurant, tendant la main pour récupéré le lapin.

    Etape numéro 3 : la séparation. Elle doit se faire en douceur et avec beaucoup de patience. Le parent restant le plus calme possible, l’enfant devant obligatoirement finir par se rendre compte qu’il s’agissait de la meilleure chose a faire pour son doudou.
Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeMer 22 Avr - 20:05



    Grace leva les yeux vers son papa avec ce grand sourire qui l'attendrissait toujours. Il faut savoir que Grace adorait son petit papounet comme elle disait mais que ça n'empêchait ni l'un d'être un petit démon ni l'autre de réprimander quand il le fallait.
    Mais, quand elle le vit s'accroupir pour être à sa hauteur, Grace flaira anguille sous roche. Enfin bon, elle ne savait pas encore ce que c'était.

    William – « Alors Grace dit moi comment va Monsieur Grignotte ce matin ? Il a bien dormi ?

    La petite fille eut une mine un peu surprise mais s'enquit tout de même:

    Grace-Trèèèèès bien. Il dit qu'il est content de te voir.', fit-elle pour rentrer dans le jeu de son papa.

    Elle même n'avait jamais ce genre de jeu avec Monsieur Grignotte parce que c'était un lapin en peluche et qu'il ne répondait pas donc. Mais si papa voulait jouer à faire semblant que c'était un vrai Grace voulait bien faire semblant aussi. Après tout si cela faisait plaisir à papa ça lui faisait plaisir aussi même si elle trouvait que c'était bizarre.

    William – « Oh il a mauvaise mine. Il a l’air malade… Il a manger ce matin ? »
    Grace- Mais papaaa, c'est une peluche! Ca mange pas les peluches!fit-elle en riant.

    Elle se demandait bien à quoi pouvait jouer son papa. Ce n'était quand même pas comme si Grace avait quatre ans! Elle n'était plus un bébé maintenant et maman lui avait appris plein de trucs de grands déjà.

    William – « Donne moi le je vais le conduire au docteur . Je crois que c’est plus prudent »

    Grace retira immédiatement Monsieur Grignotte pour le cacher dans son dos.

    Grace-Monsieur Grignotte ne peut pas être malade! Maman lui a jeté un sort pour qu'on soit jamais malade tous les deux!

    Méfiance, méfiance...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeJeu 23 Avr - 12:49

    Grace-« Trèèèèès bien. Il dit qu'il est content de te voir. »
    Will – « Ah ça c’est gentil . Moi aussi j’suis content de le voir.

    Et voilà . C’était un bon début. Il avait un véritable dialogue avec l’enfant et ne douter pas une seule seconde qu’il pense que la peluche soit vivante. Il était un bon acteur il fallait le reconnaitre. Etape numéro 1 réussi. Passons a l’étape 2 .

    Will – « Oh il a mauvaise mine. Il a l’air malade… Il a manger ce matin ? »
    Grace- Mais papaaa, c'est une peluche! Ca mange pas les peluches!

    Ah ça c’était bien sa fille ! Elle pouvait pas faire comme tout le monde. Bien sûr à cet âge là tout les gamins imagine que leurs doudou sont vivants, qu’ils mangent, parlent ou même dorment. Mais non ! Bien sûr pas elle. Elle y fallait qu’elle soit originale, qu’elle sorte du lot et beaucoup trop intelligente pour croire a se genre d’enfantillage. Oui . C’était bien sa fille ! La perfection incarné. Par contre ça ça arrangeait pas ses affaires. Mais il ne devait pas renoncer aussi facilement et sa psychologie finirai forcément par marcher. Mais pour l’instant il devait s’adapter aux croyances de Grace.

    William – « Ah oui suis-je bête c’est évident » dit-il avec un sourire rassurant après s’être cogner le front avec la paume de la main pour l’amuser et comme pour remettre ses idée en plus.

    Bon le coup de « il mange » n’avait pas marcher et l’étape numéro 2 semblait un peu rater mais ce n’était pas une raison pour ne pas passer a la 3. Monsieur Grignotte ne mangeait peut-être pas mais il pouvait tombé malade. Et quand on est malade on se soigne et on va au docteur.

    Grace-« Monsieur Grignotte ne peut pas être malade! Maman lui a jeté un sort pour qu'on soit jamais malade tous les deux! »

    William retira sa main d’un air penaud, son sourire disparaissant d’un coup. Oh putain non ! Le sortilèges vaudou. Merde. Il n’avait pas penser a ça. A merci Karly. Franchement merci. Super. Maintenant il ne savait plus quoi dire. Décidément parfois sa femme avait vraiment d’excellente idée. Et le pire c’est que s’il n’arrivait pas a récupéré Monsieur Grigniotte elle le lui reprocherait à LUI. Gardant sur ses lèvres se large sourire hypocrite si caractéristique de William, il réfléchissait à vive allure. Il eut alors une idée…
    Il porta ses mains a son visage d’un air choqué et assez exagéré il faut le reconnaitre. Karly le lui disait souvent il aurait dût faire du théâtre.

    William – « Oooooooooooh… le sortilège ne me marche plus ! »


    Bin quoi ? C’était tout à fait possible. Les sortilèges vaudou c’est quand même pas sûr a 300% et jamais cassable. D’ailleurs tiens oui c’est vrai. Il n’y avait pas songé mais il marchait peut-être vraiment plus. Il faudrait qu’il pense a vérifier qu’il fonctionnait toujours à l’occasion sinon il serait hors de question que Grace mette ne serait-ce qu’un pied dehors tant que ça ne serait pas réparé. Il porta une main au front de Grace avec un air inquiet.

    William – « Ma puce tu es chaude »

    Forcément qu’elle était chaude il venait d’exercé un sortilège sur elle. Augmenter la chaleur corporelle. C’était un des premier sortilèges qu’il avait crée étant petit. Pratique pour faire croire qu’on était malade. Il l’utilisait souvent quand il voulait pas aller chez sa cousine Valendra mais a force Ariane avait vite appris a se méfier se disant qu’il était juste constituer ainsi. Comme tout les sortilèges qu’ils maitrisaient sur le bout des doigts il n’avait pas besoin de baguette pour l’effectuer. Bon on se sert pas de la magie sur ces enfants c’est très mal et dangereux et blablabla…. Karly tu sort. Là c’était pour la bonne cause !

    William – « J’pense vraiment qu’tu devrai me le donner avant que son états s’aggrave. »
Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeJeu 23 Avr - 15:29




    William – « Ah oui suis-je bête c’est évident »

    La petite fille eut un gentil sourire. Ce n'était pas grave. Son papa la faisait tout le temps rire alors elle ne lui en voulait pas d'avoir fait comme si Monsieur Grignotte était un ami imaginaire et pas une peluche. Enfin elle avait 6 ans quand même! C'était une grande (d'après elle même)!
    Il fallait donc expliquer à papa que Monsieur Grignotte ne pouvait pas non plus être malade quand soudain, il posa la main sur le front de Grace, l'air inquiet:

    William – « Oooooooooooh… le sortilège ne me marche plus ! »

    Grace le regarda l'air souçonneux. A l'école des petits sorciers ils avaient fait leur arbre généalogique la semaine passée avec le métier de leurs parents et tout mais ce n'est pas pour autant que Grace soupçonna son père d'avoir triché avec de la magie. Pas du tout. Elle y cru même. Elle avait de la fièvre.

    Grace-Tu crois que je suis malade?
    William – « Ma puce tu es chaude »

    Le visage de la petite Grace s'illumina.

    Grace- Mais ça veut dire que demain je vais pas pouvoir aller à l'école!', s'exclama-t-elle ravie.

    Evidemment, Grace trouvait que c'était génial que monsieur Grignotte la laisse être un peu malade pour pouvoir manquer des jours d'école et rester au chaud dans son lit douillet. Elle ne se préoccupait pas vraiment du sortilège défectueux ou non. Mais papa si apparemment et il avait vraiment l'air de croire que tout ça c'était de la faute de Monsieru Grignotte.

    William – « J’pense vraiment qu’tu devrai me le donner avant que son états s’aggrave. »
    Grace- Mais papaaa Monsieur Grignotte n'est pas malade du tout lui! Il faut vite qu'on aille chez le médicomage pour qu'il me fasse un mot pour que Madame Lapelotte ne s'inquiète pas quand elle va pas me voir à l'école demain.

    Et Grace de tirer son père par la main, vers la porte. C'était très important ce mot du médicomage, sinon elle serait obligée d'aller à l'école et ni papa ni maman ne poserait un jour de congés pour rester avec elle et la dorloter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeJeu 23 Avr - 16:30

    Grace-« Tu crois que je suis malade ? »

    Ah voilà ! Là au moins tout se passer comme prévu. Enfin…..

    Grace- « Mais ça veut dire que demain je vais pas pouvoir aller à l'école!' »

    Oye ! ça il n’ y avait pas penser. Se servir de son plan contre lui pour sécher l’école demain ? Ah oui pas de doute c’était bien une Slayers. Mais loupé l’école a cause de ses conneries ça allait pas vraiment le faire. Bon il s’occuperait de ça plus tard. De toute façon dans une vingtaine de minute elle n’aurait déjà plus rien. Mais ça bien sûr elle l’ignorait.

    Grace- « Mais papaaa Monsieur Grignotte n'est pas malade du tout lui! »

    Eh bin il le savait bien et c’était justement ça le problème. Pourquoi ce lapin ne pouvait-il donc pas tomber malade pour fois ? Comme ça il aurait le décoller a sa petite princesse pour une bonne heure et ça aurait était plus simple.

    Grace – « Il faut vite qu'on aille chez le médicomage pour qu'il me fasse un mot pour que Madame Lapelotte ne s'inquiète pas quand elle va pas me voir à l'école demain.

    Elle l’entrainait déjà vers la porte, toute ravie de rater les cours. Oui je le répète : c’était bien sa fille ! Il retira sa main de la sienne et la regarda de toute sa hauteur.

    William – « Grace tu n’est pas malade ! » dit-il d’un ton ferme, résolue. . « Il n’est pas question d’aller chez le médicomage pour si peu. Par contre tu va aller t’allonger dans ton lit, ça te fera du bien. Je monte dans cinq minute pour te lire une histoire. »

    Cette fois le ton de sa voix laisser ressentir qu’il ne jouait plus et qu’il valait mieux l’écouter. Il avait be au aimer sa fille il savait prendre des décisions pour se faire respecter quand il le fallait. Il avait fait une bêtise en insinuant qu’elle était malade et maintenant il la réparé sans besoin de quiconque pour l’idée. C’était ça être adulte. Faire soit même ses propre choix, ses propres erreur mais toujours retombé sur ses pieds. C’était quand même pas une gamine de six ans qui allait faire la loi ? Même si c’était SA gamine et qu’il l’aimait de tout son cœur. Il lui adressa un sourire rassurant, lui montrant ainsi que c’était pour son bien. Pendant qu’elle serait en haut il disposerai bien de cinq a dix minute pour réfléchir a un plan B.
Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeVen 24 Avr - 22:08



    William – « Grace tu n’est pas malade ! »
    Grace- Mais...

    Mais ce n'était peut-être pas le moment de discuter là quand papa prenait ce ton. En même temps Grace ne comprenait pas trop pourquoi il se fâchait puisqu'elle avait vraiment de la fièvre et que c'était d'ailleurs lui qui en était convenu et l'avait fait remarquer...

    William- « Il n’est pas question d’aller chez le médicomage pour si peu. Par contre tu va aller t’allonger dans ton lit, ça te fera du bien. Je monte dans cinq minute pour te lire une histoire. »

    Ouille. Non! Elle n'avait pas fini sa cabane et si papa voyait qu'elle avait pris les draps de sa chambre il allait la gronder. C'était obligé. Des fois papa n'était pas aussi cool qu'oncle Charly alors il fallait à tout prix trouver une excuse pour qu'il renonce à l'idée d'aller dans sa chambre à elle.

    Grace-Mais papa, peut-être que c'est grave! Peut-être que j'ai attraper la dragon-selle* ou que je vais avoir une disparition pas trop logique** et même si ça se trouve on m'a jeté un maléfice trop nique*! Parce que j'avais pas de fièvre tout à l'heure... c'est venu d'un coup... et peut-être que je vais mourir!!!', fit-elle réellement paniquée tout d'un coup.

    Elle avait dit tout ça sans respirer du coup elle était devenue rouge écarlate et si elle s'était vu elle se serait sûrement diagnostiqué un détournement de charme et un maléfice de surphocation. Un futur grand médicomage notre petite Grace.

    [...]

    Elle se retrouvait donc dans sa chambre, sachant que son papa allait arriver d'une minute à l'autre et qu'elle n'allait pas mourir d'un sortilège rare. Il fallait donc qu'elle trouve un autre moyen de ne pas se faire engueuler. Et si elle cachait tout sous le lit? Ca lui paru une excellente idée. Vite elle poussa les chaises près de son bureau (elle devrait trouvé une excuse pour ça aussi) et elle enleva à tout allure les draps. Seulement voilà: elle avait oublié les punaises et le grand drap de dessus du lit de papa et maman se fendit dans sa tentative de le "décoincé". Elle entendit papa qui arrivait alors vite vite vite elle enleva les autres punaises, bourra tout sous son lit et s'assit sagement sur son matelas nu, comme si elle avait simplement attendu là que son papa vienne s'occuper d'elle. Rapellons qu'il y avait quand même cinq chaises pour le seul bureau de la petite fille. Bizarre, bizarre... vous avez dit bizarre?






    * dragoncelle. Contrairement à ce que pense Grace ce n'est pas une maladie qui vous transforme en selle pour dragon. Curieusement cette idée est très répandue à l'école des petits sorciers.
    ** disparition pathologique, Grace répète des mots qu'elle a entendu dire par les grands ou dans Amour, Gloire et Sorcier chez sa tante Willara. Elle ne sait pas exactement ce que c'est hormis que c'est grave.
    ** maléfice chronique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeLun 27 Avr - 20:40

    Intérieurement il était attendri et mort de rire. Franchement elle était géniale sa gosse ! Une disparition pas trop logique . Alors là ! N’importe quoi ! Ah ce qu’elle pouvait avoir de l’imagination ! Il trouvait ça génial et aurait volontiers voulu jouer les Dady cools et l’encourager sur cette voie. Il avait envie de la laisser avec son doudou sale et son innocence. Il avait envie d’être insouciant et de ne pas avoir de responsabilité. Mais…. il avait perdu au shifoumi ! Résultat des courses s’était à lui d’adosser le rôle de parent mature et sévère pour la journée. Donc il avait beau craquer littéralement devant la petite bouille angélique de sa fille et se foutre au fond royalement du fait qu’elle aille ou non a l’école demain, elle devait pas le savoir. Il conserver donc son air sérieux bien qu’il n’était pas non plus en train de la punir. Bin woe quand même il allait pas l’engueuler juste parce qu’elle était malade. Surtout qu’en fait elle l’était pas et c’était de sa faute. Mais ça aussi elle n’avait pas à le savoir.

    William – « Mais non Grace tu n’va pas mourir. » fit-il en levant les yeux au ciel comme si c’était évident.

    Un sourire malicieux apparut tout de même malgré lui sur ces lévres. Elle lui ressemblait. Il était fier. Il se pencha pour déposer un baiser sur le front de sa fille avant de la regarder d’un air amusé.

    William – « Allez file avec qu’tu n’disparaise »
    dit-il dans un petit rire avant qu’elle ne monte l’escalier.

    Bon maintenant qu’il était seul il lui restait cinq minute, bon disons grand maxi dix pour trouver une solutions pour récupéré le doudou de Grace. Réfléchie Slayers réfléchie. Et s’il lui disait que Mr Grigniotte allait faire une tour de ménage dans la machine à laver ? Non ça ne marcherai sûrement pas. Grace allait surement vouloir faire du ménage elle aussi. Et je vous décris même la catastrophe. Sa petite princesse dans cette machine de l’horreur ! Même pas en rêve. Bon aller William pense a autre chose. Allez réfléchit. Voyons voir…. Ah s’ayez ! Un large sourire apparut sur ses lèvres tandis que l’idée germer dans son esprit. Il grimpa alors a son tour l’escalier et se dirigea vers la chambre de sa fille anciennement rose. Il n’avait jamais compris pourquoi sa petite princesse tenait tant a changer le papier peint. Le rose était pourtant une couleur qui lui aller a merveille. Enfin bref on s’en fou, il poussa donc la porte de sa chambre…

    Grace était assise sur son lit, les jambes pendant dans le vide. William jeta son regard sur elle et fût étonner par un détail.

    William – « Où sont passer les draps de ton lit ? Maman a mis une lessive ? »


    Comment se faisait-il que Karly ait mis une machine sans le prévenir ? Elle détestait en faire a longueur de journée et il aurait jurer que le panier à linge sale de leurs chambre était encore plein. Alors pourquoi est-ce que Karly aurait changer le drap de sa fille ? William pensa alors à quelque chose et s’approchant de Grace avec son paternel et réconfortant, s’agenouillant pour être a sa hauteur.

    William – « Tu a fait un mauvais rêve cette nuit ? Tu as eu un petit accident c’est ça ?»
    demanda-t-il compréhensif.

    Il caressa doucement la joue de sa fille pour la chatouiller et ainsi la faire sourire comme il faisait souvent. Légèrement inquiet parce que Grace ne faisait jamais pipi au lit il se releva et lui adressa un sourire.

    William – « Ne t’inquiète pas je vais aller chercher d’autre draps dans ma chambre. Maman a dût oublier d’en remettre. Ne bouge pas. »

    Il s’apprêtait donc a quitter la chambre. Il était presque sortis. Il ne lui manquait plus qu’un pas quand…son regard tomba sur le bureau de Grace et ses cinq chaises. Alerté par se détail et plus que surpris il se retourna vers Grace, suspicieux.

    William – « Que font toutes ses chaises dans ta chambre ?? Et il a même celle de mon bureau ?! »

    Oulà ça sentait la bêtisse…. Etrange Etrange….
Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeVen 1 Mai - 15:31



    Papa enait juste d'entrer la chercher comme promis. Par chance la cabane avait disparue et les draps aussi d'ailleurs. Ca c'était un autre problème. Avec un peu de chance, il n'allait pas le remarquer, il suffirait que la petite s'applique à capter son attention et....

    William – « Où sont passer les draps de ton lit ? Maman a mis une lessive ? »

    Ouille! On fait quoi maintenant? Grace était en train de réfléchir à toute allure pour trouver le moyen de se sortir de là. C'était trop bête, maintenant qu'elle avait réussi à cacher sa cabane de se faire engueuler à cause du draps déchiré vous ne trouvez pas? Elle ne voulait pas être punie. William s'approcha de sa fille l'air soucieux, ce que Grace ne compris d'abord pas:

    William – « Tu a fait un mauvais rêve cette nuit ? Tu as eu un petit accident c’est ça ?» demanda-t-il compréhensif.
    Grace-Non.', fit-elle.

    Elle ne faisait jamais pipi au lit c'était vexant. Si elle avait était plus grande, elle aurait pensé que pour une fois ça aurait pu être dans son intérêt de dire oui, mais elle était encore trop petite pour être aussi fourbe. Elle ne développa pas sa réponse cependant, ce qui pouvait laissait pensé qu'elle avait menti parce qu'elle avait honte. En fait c'était tout simplement parce qu'elle réfléchissait à un moyen de ne pas être punie pour le drap.

    William – « Ne t’inquiète pas je vais aller chercher d’autre draps dans ma chambre. Maman a dût oublier d’en remettre. Ne bouge pas. »
    Grace-D'accord.

    Peut-être qu'elle pourrait jeter le drap par la fenêtre pendant que papa ne serait plus là et comme ça plus personne ne le retrouverait jamais et elle ne serait jamais punie. Ce n'était pas une si mauvaise idée. La mine de la petite fille se détendit alors mais:

    William – « Que font toutes ses chaises dans ta chambre ?? Et il a même celle de mon bureau ?! »
    Grace-C'est pour m'assoir...', répondit-elle prise de court, puis il fallut qu'elle invente,' je voulais faire un banc pour mon bureau...

    Comment allait-elle se sortir de cette galère maintenant...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeVen 1 Mai - 16:40

    Grace-« Non »

    Oh c’était mignon. Elle mentait. Une vrai Slayers doublée d’une MacGregor. Beaucoup trop fière pour avouer ses faiblesse. Il préféra ne pas la contredire pour ne pas blesser d’avantage son égo et se contenta de lui dire qu’il revenait avec des draps propre, quand son regard se posa sur le bureau et ses cinq chaise.

    Grace-« C'est pour m'assoir... je voulais faire un banc pour mon bureau... »

    William – « Un banc ? Comment ça un banc ?! Mais tu n’a pas besoin de banc dans ta chambre. Ou du moins on en fabrique pas avec des chaises ! »

    C’est fou ce que les enfants avaient comme idées parfois. William se souvenait encore quand étant petit il avait enterré une boite dans le jardin avec ses plus beau trésor pour quand il serait mort. Ou encore d’autre excentricité de se genre. Là apparemment sa petite princesse désiré avoir un banc. Pourquoi faire ? Il n’en avait aucune idée. Mais il comptait bien avoir le fin mot de cette histoire qui devenait de plus en plus étrange. Tel un détective privé ou un inspecteur gadget il se rapprocha du bureau et bougea les chaises, les écartant du meuble. Il se pencha alors et regarda dessous. Bin oui Grace était une Slayers et faisait forcément des bêtises. D’ailleurs la plupart le faisait toujours rire, malgré le fait qu’il ne laissait rien paraitre devant sa fille. Donc là il se disait que les chaises cachaient forcément quelque chose. A califourchon sous le bureau il cherchait un éventuelle trou ou une trace de peinture ou quelque chose du genre, mais rien ! Il trouva absolument rien. Légèrement surpris il se releva et adressa un léger sourire désolé à Grâce, culpabilisant quelque peu de l’avoir accusé ainsi à tord.

    William – « Bon je reviens je vais chercher les draps. Quand ta fièvre sera tomba tu a intérêt de replacer ses chaises »

    Il se dirigeait donc vers sa chambre a coucher sans, ayant sur le coup quelque peu oublier « l’affaire doudou » et étant plus préoccuper par l’affaire « drap disparut » . Est-ce qu’elle avait voulu fantôme comme l’autre fois ou avait-elle tout simplement menti sur le fait qu’elle n’avait pas fait pipi au lit ? Etrange Etrange… Quoiqu’il en soit il ouvrit la porte de sa chambre et entra a l’intérieur. Son regard se posa immédiatement sur son lit qui n’avait également plus de drap ! Mais bon sang que ce passer-t-il dans cette baraque ?! Karly avait décidé de tous les donnés a une œuvre de charité ou de tous les laver d’un seul coup ?! Aucune idée mais il comptait bien avoir le fin mots de cette histoire et de quelque chose lui disait que sa petite princesse adoré y était pour quelque chose….

    William – « Graaaaaace !!! »

    Il l’appeler pour avoir des explications et il valait mieux qu’elle en est…

Revenir en haut Aller en bas
Yon Winchester

Yon Winchester

Messages : 15
Date d'inscription : 13/04/2009

C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeSam 2 Mai - 17:10



    William – « Un banc ? Comment ça un banc ?! Mais tu n’a pas besoin de banc dans ta chambre. Ou du moins on en fabrique pas avec des chaises ! »

    Pourquoi pas? Bon de toute façon elle s'était bien attendu à ce que ça ne fasse pas plaisir à papa qu'elle ait pris toutes ces chaises, mais il y avait fort à parier que le banc passait déjà beaucoup mieux que la cabane ne l'aurait fait. Elle se demandait si son papa faisait des cabanes dans sa chambre avec oncle Saw et tante Lara quand ils étaient petits. Tante Nymph' elle était sûre que oui. En tout cas papa n'avait pas trop l'air de croire à l'histoire du banc et il flairait la connerie à plein nez. La preuve voilà qu'il se penchait pour regarder sous le bureau.

    Grace eut un petit moment de stress en suppliant qu'il ne se retourne pas pour voir sous le lit. Mais bin c'est vrai que le bureau avait déjà fait l'objet de nombreuses bêtises, comme la fois ou elle avait ramené un bandimon en cachette et qu'elle lui avait fait une maison sous son bureau. La bestiole était restée là deux jours avant que Karly ne tombe dessus à cause de l'odeur de moisissure horrible. Par chance le bandimon n'avait encore fait pourri que le bois du bureau de la petite fille et la chose immonde fut bien vite envoyée au refuge pour créatures magiques. Il faut dire qu'une invasion de ce genre de bestiole peut facilement détruire une maison en faisant moisir les fondation. Et en plus c'était vraiment la chose la plus laide que Grace avait pu trouver. Enfin cette fois ci, rien à signaler sous le bureau:

    William – « Bon je reviens je vais chercher les draps. Quand ta fièvre sera tomba tu a intérêt de replacer ses chaises »
    Grace-D'accord papa.

    Ce n'était vraiment pas le moment de se faire remarquer. Accablée par sa grippe fulgurante pas trop logique, Grace se traina jusqu'à son lit sous le regard perplexe de son père mais, aussitôt qu'il eut fermé la porte, la petite fille se précipita pour se débarrasser de la pièce à conviction n°1: le drap parental déchiré. Et hop par la fenêtre! On en entendrait plus parler.

    William – « Graaaaaace !!! »

    Oops! Papa avait du voir que les draps de sa chambre avaient eux aussi disparus. La petite fille courut rejoindre son père adoré dans la chambre. Sage et obéissante comme une image.
    Mais il y avait une petite chose à laquelle Grace n'avait pas pensé...

    Mr Crumpet-Bon sang! Ca suffit cette fois, raz le bol!

    Ca c'était la voix du voisin cinquantenaire qui avait le plaisir de recevoir tous ce dont Grace Slayers voulait se débarrasser. Cette fois ci : le drap déchiré qu'il s'était prit en pleine figure et qui avait accessoirement gâcher son moment de détente au soleil en le faisant tomber dans la piscine tout habillé. Autant dire qu'il était furieux. Ce n'était pas la première fois qu'il avait à se plaindre de la petite Slayers. En fait il se trouvait qu'un des jeu préféré de la gamine était de fabriquer de lance-"pierre" pour s'entraîner à tirer plus loin que son ami Paco. Tout ce qui passait à porté de main de la petite finissait donc dans le jardin des Crumpets, bien que ce fut toujours par un malheureux hasard. Grace n'avat vraiment pas de chance avec ça, il y avait toujours un coup de vent ou un imprévu qui orienté son projectile chez les Crumpets. C'était mathématique.

    Grace regarda de côté en entendant la voix de Mr Crumpet. Peut-être que pendant que son père lui parlerait pour aller voir ce dont il s'agissait, elle aurait le temps de s'enfuir pour le Mexique, à moins qu'elle aille chez la tante Nymph' c'était beaucoup moins loin. Ensuite elle irait au Mexique. Pour être sûre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitimeSam 16 Mai - 19:17

    « BOUM BOUM BOUM »

    William se retourna en entendant se bruit des plus dérangeant. Quelqu’un frapper a la porte d’entrée et avec la délicatesse d’un troll des montagnes. Il se demandait de qui il pouvait bien s’agir. Sûrement pas de Karly, si elle avait un truc a lui reprocher elle s’époumonerai directement sur lui au lieu de tambouriner a la porte. Sawyer ? Non il se se contentait souvent de transplaner tout simplement en plein milieu du salon comme si de rien n’était et de le faire sursauter. Combien de fois il avait faillit faire un arrêt cardiaque parce qu’il était concentré sur un autre et que d’un coup il se retourner et … Bam il tombait sur Sawyer. Ariane ou Thomas ? Non sa mère avait plus de finesse et de rafinement et son père était du genre plus direct. Alors qui cela pouvait bien être ? Il n’attendait aucune visite. Descendant les escaliers en quatrième vitesse tandis qu’on continuer de frapper avec acharnement sur la porte, il en oublia l’espace de quelque minute Grace, son doudou et le drap manquant. Il ouvrit la porte et écarquilla les yeux en se trouvant nez a nez avec le voisin, trempé. Il semblait furax. Voir Monsieur Crumpet de mauvaise humeur et raler pour un rien William en avait l’habitude, mais le voir tout habillé et trempé ça c’était nouveau. Et puis d’abord qu’est-ce qu’il faisait là ?

    William – « Bonjour Mr Crumpet. Qu’est-ce que j’peu… »
    Mr Crumpet – « Mr Slayers ! Cette fois s’en est trop ! Je commence a en avoir ras le bol de votre fille qui ne cesse de jeter des choses dans mon jardin comme si c’était une poubelle. L’autre fois j’ai retrouvé un soutein-gorge qui m’a valut une scène de ménage de la part de ma femme… Et maintenant un DRAP ! «

    L’homme brandit en éffet le drap qu’il tenait en main et William écarquilla les yeux en réalisant quelque chose. C’était SON drap. Le drap de son lit a lui et Karly. Seulement il était… déchiré ! Mais pourquoi ? Et comment avait-il pût atterir dans le jardin des voisins ?Oh la réponse était simple, Mr Crumpet l’avait dit lui-même…

    William – « Graaaaaaaaaaaaaace »


    Le voisin attendait, impatient, les bras pliait contre son torse. Le drap déchiré. Le drap c’est le voisin. Le drap manquant sur le lit de Grace. Oula ça sentait la bêtisse à planer ça. Déjà elle allait devoir donner des explications pour le drap abimer de papa et maman et elle risquer même une punition. Oui mais quoi ? Il avait horreur de punir sa fille et bien qu’il était le meilleur pour faire les conneries il manquer toujours d’imagination pour les punitions. Allez Slayers réfléchit . Ah woéééé s’ayez ! Il avait trouvé ! Comment l’utile a l’agréable…

    William – « Grace Désiré Alicia McGregor Slayers !!! Je te conseille de descendre TOUT de suite avant que papa ne se fache TRES fort !! ».

    En régle général quand il disait le nom de sa petite princesse en entier se n’était pas bon signe….
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




C'est le mien à moi Empty
MessageSujet: Re: C'est le mien à moi   C'est le mien à moi Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est le mien à moi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un monde qui n'est pas le mien
» gia +" je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien."
» Tortures et révélation [Nightmar]
» [0117] Shin Aozora, au plaisir de ces dames, ou plutôt... Du mien. ^_^ [PHYLLALI]
» Montre moi ton fond d'écran... et je te montrerais le mien!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
spell of chaos :: need you, like a trash. :: les archives.-
Sauter vers: